L’association

C’est par la loi du 17 février 1800 que la commune de Plainpalais fut constituée par l’Administration française qui depuis 1794 gérait « l’arrondissement de département du Léman » dont Plainpalais dépendait.

Le bâtiment administratif, sis alors à l’angle de l’avenue Henri-Dunant et du Rond-Point de Plainpalais, devenu trop petit suite à la rapide croissance de la population, il fut décidé de construire une nouvelle mairie. Ce bâtiment fut terminé au début de 1889.

En 1892 était créée l’Association des Intérêts de Plainpalais. (AIP). Dès ce moment l’AIP rassemble l’ensemble des sociétés de son territoire, des commerçants et particuliers. Elle est aussi à l’origine de la création du Club de la grammaire, des Colonies de vacances des Plattets, des Cuisines scolaires, de la Crèche de Plainpalais et d’autres encore.
Puis vînt en 1930 la fusion des trois communes : Eaux-Vives, Petit-Saconnex, Plainpalais avec la Cité de la Ville de Genève. La commune de Plainpalais couvrait alors la Jonction, la Coulouvrenière, la Plaine et le Rond-Point, les Acacias, Queue d’Arve, Bois de la Bâtie. De l’autre côté, elle s’étendait à la Cluse-Roseraie, Florissant, Champel, Bout-du-Monde compris.
Le bâtiment devint alors « l’Ancienne Mairie de Plainpalais » et de nos jours porte encore sur le fronton de son balcon l’inscription « Mairie ». Mis à la disposition du Service social, celui-ci concède la disposition du local de conférence à l’AIP qui tous les samedis organisait des soirées cinémas pour les Anciens. Notre association agençait aussi des arbres de Noël à la Maison Communale et des soupes sur la place des Augustins.
1953, création par feu John Albert Maire, chef du Service Social et membre de l’AIP, d’un musée dans la salle des mariages. Ce musée existe toujours sous l’appellation de « Musée du Vieux Plainpalais ». Notre association désire soutenir la devise de sa commune :

« Nous cultivons les champs que nous saurons défendre »

C’est la raison pour laquelle nous essayons de maintenir visibles les objets et archives de l’ancienne commune de Plainpalais qui, pour les trois quarts au moins des pièces présentées au musée, sont d’époque de même que la salle des mariages.